blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

hicham-berhil

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

«Si Dieu vient à votre secours, nul ne pourra vous vaincre , et s'Il vous abandonne, qui donc, en dehors de Lui, pourra vous secourir? Que les croyants mettent donc leur confiance en leur Seigneur!»       (Al-i'Imran – 160)

«Si Dieu vient à votre secours, nul ne pourra vous vaincre , et s'Il vous abandonne, qui donc, en dehors de Lui, pourra vous secourir? Que les croyants mettent donc leur confiance en leur Seigneur!» (Al-i'Imran – 160)

Blog dans la catégorie :
Littérature

 

Annonce vocale

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

hicham-berhil

Avertissement

 

 

      Ce blog s'adresse aux élèves de la première année du baccalauréat  pour la préparation de l'examen régional .

     Je pense qu'avec cet outil, et vu l'importance croissante de la toile dans la vie scolaire et extra-scolaire aujourd'hui, vous pourrez compléter le travail fait en classe ,chez vous,devant vos ordinateurs, le soir et à tête reposée...au lieu de vous perdre dans le labyrinthe des moteurs de recherche!

Vous trouverez ici des cours, des topos,des exercices et des questionnaires en relation avec les trois oeuvres au programme.

   Mes articles ne représentent que mes avis personnels qui dépendent du plaisir que j'ai eu à lire les œuvres au programme. Le sens de n’importe quel texte littéraire appartient à chacun de vous; je me contente juste de vous donner des pistes de lecture pour signaler certains points importants propres à chacune des trois œuvres…mais en fin de compte c’est à vous de proposer une lecture personnelle.

 

             N.B    Vous devez commencer,dès maintenant,la lecture du roman d'Ahmed Sefrioui, La Boîte à Merveilles .

    

    

 

 

Programme de l'année scolaire 2014- 2015

 

 

 

PROJET PEDAGOGIQUE : 1ère sciences maths 1 + expérimentales 4/5 et économiques 3 (année scolaire 2014-2015)

1er module :

les différents instruments d’analyse pour le texte littéraire (révision générale)

Objectif : consolider et approfondir les acquis du tronc commun

- Qu’est ce que la littérature ?

- Les différents genres littéraires

- Les types de discours

- Les types de textes

- Les instruments stylistiques : les figures de style

- Les différentes tonalités

- Le champ lexical et le champ sémantique

- La dénotation et la connotation

- Exercices (travail hors classe) et correction collective

2ème module :

Objectif : -étudier une œuvre autobiographique 

                  -se familiariser avec la littérature maghrébine d’expression française

Œuvre étudiée : La Boîte à Merveilles d’Ahmed Sefrioui 

- Introduction : la littérature personnelle (le cas de l’écriture autobiographique)

- Biographie de l’auteur

- Sommaire de l’œuvre

- Structure du récit

- Les personnages dans le roman

- Comment faire une lecture méthodique ?

----» Lecture méthodique :

               Support : L’incipit « le soir...et de benjoin » ( pp 3-6)

- Activité de langue : la valeur des temps du récit

- Expression orale : les métiers dans l’œuvre de Sefrioui

- Expression écrite :

           Sujet : A la manière de Si Mohammed, racontez un souvenir d’enfance qui vous a profondément marqué.Vous pouvez commencer par : « Je me souviens de ce jour comme si c’était hier…»

 

----» Lecture méthodique :

           Support : extrait du chapitre 3 « La nuit…..m’emmena dormir. » (pp.54-55)

Conjugaison : le passé simple

Expression orale : la « boîte-objet » de Si Mohammed

Expression écrite :

          Sujet : « Quand je serai un homme, je porterai de belles djellabas blanches qui seront lavées tous les jours, je mangerai tous les matins au moins une livre de beignets très chauds avec beaucoup de beurre, parfois avec du miel. J’aurai quarante chats qui m’obéiront toujours. Ils ne feront jamais de saleté dans les coins. D’ailleurs, nous habiterons une autre maison avec un bigaradier dans la cour. » (P.183) Que souhaitez-vous être ou avoir quand vous serez, vous aussi, grands ? Vous commencerez votre travail par : « Quand je serai un(e) homme / femme… »

-----» Lecture méthodique :

              Support : Extrait du chapitre 9 « Mon père……….rossignols » (pp 175-180)

- Activité de langue: Tout

Expression orale : la description dans le roman

Expression écrite :

            Sujet : faites le portrait d’une personne qui vous fascine ou qui vous a profondément marqué durant votre enfance.

 

-----» Lecture méthodique :

               Support : Extrait du chapitre 12 « Zineb partit faire une commission… La fin du roman » (P.244-249)

- Activité de langue: La relative

- Expression orale: Le thème du mariage dans l'oeuvre

- Exercice écrit : (activité numérique) Répondez aux 58 questions portant sur le roman. ( les questions se trouvent dans le blog)

 

3ème module :

Objectif : étudier une pièce de théâtre ( une tragédie moderne)

Œuvre étudiée : Antigone de Jean Anouilh

- Biographie du dramaturge

- La mythologie : le mythe des Labdacides (d’Œdipe à Antigone)

- Le lexique du théâtre

- Expression orale : Libellé du sujet : Vous avez lu la pièce au programme.Vous connaissez maintenant les grandes lignes de son organisation dramaturgique et son intrigue.Montrez-les d’une manière claire et précise.

----» Lecture méthodique :

                Support : Le prologue (pp 9-13)

- Activité de langue: L'impératif

- Expression orale : (arrêt sur lecture) : le personnage d’Antigone

- Expression écrite :

                 Sujet : Pensez-vous comme Hémon ( scène 6, page 38) que c’est « plein de disputes un bonheur » ?

 

----» Lecture méthodique :

                 Support : « Pardon Hémon……Voilà, c’est fini pour Hémon » (pp.37-44)

 

- Activité de langue: Les fonctions de l'adjectif qualificatif

Expression orale :

         Libellé du sujet : Plusieurs indices, dans la pièce au programme, montrent que nous sommes en 1944. Relevez les différents anachronismes inconnus du monde antique grec de Sophocle.

Expression écrite :

         Sujet : « Créon : (..) Il a été à elle, il lui prend le bras. Alors, écoute-moi bien.Tu es Antigone, tu es la fille d’Œdipe, soit, mais tu as vingt-ans et il n’y a pas longtemps encore tout cela se serait réglé par du pain sec et une paire de gifles. »

           Pensez-vous qu’une bonne éducation passe nécessairement par le châtiment corporel ?

----» Lecture méthodique :

                           Support : « Rien d’autre ne compte……Tais-toi » ( pp 91-93)

- Activité de langue : La phrase interrogative

- Expression orale: Le personnage de Créon

- Expression écrite: 

            Sujet: Vous est-il arrivé vous ausssi de dire non à vos parents. Racontez.

 

----» Explication de texte :

         Support :«Il y a longtemps que vous êtes garde ?....toute seule » (pp 108-112)

- Activité de langue : la ponctuation

- Expression orale : Lequel des deux personnages a raison: Créon ou Antigone?

- Exercice écrit : test de vérification (les questions portent sur l’œuvre et se trouvent dans le blog) .Ce travail est à faire hors classe.

 

4ème module :

Objectif : étudier un roman à thèse du XIXème siècle

Œuvre étudiée : Le Dernier Jour d’un Condamné de Victor Hugo

- Biographie de l’auteur

- Sommaire de l’œuvre

- Structure du roman

- Les personnages

----» Lecture méthodique :

                           Support : l’incipit de l’œuvre ( chapitre I)

- Activité de langue : La complétive

- Expression orale : ( travail encadré) l’ancrage spatio-temporel dans Le Dernier Jour d’un Condamné

- Expression écrite :

        Sujet : Imaginez le récit que fait un bagnard de sa vie en taule : comment il y est arrivé, pour quelle raison, comment il y vit, quels sont ses espoirs, ses angoisses ,son quotidien, les gens qui l’entourent… Vous pouvez pour cela vous inspirer de l’œuvre au programme.

----» Lecture méthodique :

              Support :extrait du chapitre XIII :« vous serez seul dans votre loge…je restai pétrifié »

- Activité de langue : Le subjonctif

- Expression orale : Pour ou contre la peine de mort ?

- Expression écrite :

         Sujet : Imaginez une lettre du condamné au roi dans laquelle il lui demande sa grâce.

----» Lecture méthodique :

                           Support : chapitre XLIII

- Activité de langue : L'adverbe

- Expression orale : la guillotine, de l’image à la réalité.

- Test de vérification

 

 

un site d'une grande importance!

 

 

Pour compléter le travail que nous faisons en classe , voici un site qui va vous permettre de mieux comprendre les différents instruments d'analyse pour l'étude des textes et notamment le texte littéraire :

            www.site-magister.fr

 

 

Quelles raisons peuvent pousser quelqu’un à écrire son autobiographie?

 

 

 

Introduction
Une autobiographie est selon Philippe Lejeune « un récit rétrospectif en prose qu'une personne réelle fait de sa propre existence ».Ce genre littéraire pratiqué par Montaigne depuis le seizième siècle s'est surtout développé au dix huitième siècle avec Rousseau. Notre époque apprécie ce genre littéraire : un homme célèbre, un romancier reconnu, parfois même un simple citoyen sont amenés à parler d'eux, raconter leur vie. On peut alors s'interroger sur les raisons qui peuvent pousser quelqu'un à écrire son autobiographie.
Est-ce pour parvenir à la connaissance de soi ? Est-ce pour faire échec au temps et à l'oubli en gardant la mémoire du vécu ? Est ce pour faire oeuvre poétique en rendant compte de la singularité d'une existence ?

 

 

 

 

 

Développement
           Dans une première partie, nous éclaircirons le fait que l'autobiographie favorise la connaissance de soi.
       D'une part, le dialogue avec soi même, une sorte d'examen de conscience, permet de s'analyser de dresser son propre portrait. Rousseau par exemple, dans Les confessions raconte un épisode précis de son adolescence où il a volé une pomme. En tant qu'adulte à l'heure où il écrit, il se présente comme un adolescent qui a persévéré dans le mal. L'écriture de son autobiographie lui a permis de prendre de la distance par rapport à son acte, il y pose un regard analytique ; ce vol qu'il a commis et qui fut durement sanctionné le poussa à continuer : « [...] à force d'essuyer de mauvais traitements, j'y devins moins sensible ; ils me parurent enfin une sorte de compensation du vol, qui me mettait en droit de continuer ». Il valorise son portrait de voleur avec le registre épique pour montrer son ingéniosité pour attirer la sympathie du lecteur. Montaigne, dans ses Essais, pose une question rhétorique qui est : «...ai-je perdu mon temps de m'être entretenu tant d'heures oisives à pensements si utiles et agréables ? ».Il y a ici un jeu de question-réponses car il argumente et répond. Un paradoxe est également présent car il affirme qu'écrire son oeuvre n'a pas été perte de temps, mais que cela aurait pourrait être inutile s'il n'avait pas de lecteur. Pour lui, écrire est aussi un divertissement qui le libérerait de l'ennui, un divertissement agréable qui garantit une autonomie. Nous avons donc ici, un examen de conscience avec Rousseau, qui dresse son portrait de voleur, et un dialogue que Montaigne a avec lui-même.
       D'autre part, Rousseau se montre être un écrivant « fidèle », en faisant un pacte autobiographique ; il ne se déguisera pas, il dira toute la vérité comme il est dit dans le préambule du Manuscrit de Neufchâtel: « Je me suis montré tel que je fus, méprisable et vil quand je l'ai été, bon, généreux sublime, quand je l'ai été ; j'ai dévoilé mon intérieur [...] ».Ici Rousseau ne cache pas son erreur, comme nous le prouve la citation qui suit, qui figure dans Les Confessions : « il faut faire ces aveux ou me déguiser ; car si je tais quelque chose on ne me connaîtra sur rien ».Intervient donc ici l'idée de déguisement avec son champ lexical : « me déguiser », « dévoiler », « je me farderais », « la bigarrure »...Rousseau envisage la possibilité d'un travestissement, il va par la suite rejeter cette possibilité. Il montre ici, une image de lui critique et authentique, il s'explique, se justifie pour enfin s'analyser. Son projet est didactique, il veut se montrer comme modèle, comme exemple, mais il y a une contradiction car il se prétend unique...L'engagement de sincérité de Rousseau est véritable, le but de l'oeuvre est de faire connaître qui il est vraiment au plus profond de lui-même « intus, et in cute » ; à l'intérieur et sous la peau. Ceci annonce une franchise absolue, des révélations des plus intimes.
       Enfin, nous allons présenter la fonction carthatique de l'autobiographie. La catharsis est le fait de se purifier, de se libérer de ses émotions (ce qui était possible dans l'antiquité grâce au théâtre). Prenons le cas de Pascal Jardin, dans un extrait du Nain jaune. L'écriture du deuil, permet à son auteur de se soulager de se libérer de l'emprise de son père défunt, mais d'un autre coté ressusciter ce dernier par l'écriture. Ecrire pour lui est un tout qui lui permet de rendre hommage à son père, de maintenir un lien, ne pas l'oublier, mais également de renouer un lien avec celui-ci. Un passage nous montre cela dans l'extrait du texte : « J'écris ce livre pour rompre, puis pour renouer, et me retrouver tel qu'en espérances de mes vingt ans ».Il écrit donc pour « rompre » ; devenir indépendant, « renouer » ; se faire revivre et comprendre qui il est vraiment. L'autobiographie favorise donc la connaissance de soi par l'examen de conscience, la justification d'actes commis, la remise en question, et le soulagement de lourds traumatismes.

 

 

 

 

 

               Dans une deuxième partie nous étudierons la reviviscence (fait de reprendre vie, de renaître) des moments de bonheur et l'accès à l'éternité.
        Tout d'abord, il y a la réactualisation des moments de joie, une sorte de tentative pour lutter contre le temps qui passe. Nous prendrons comme appui l'extrait de texte de Nathalie Sarraute, Enfance. Dans ce texte, elle fait revivre un moment singulier de son existence. Elle découvre sa perception de la beauté à travers sa perception du monde qui lui donne une sensation d'exister : « une sensation d'une telle violence qu'encore maintenant, après tant de temps écoulé, quand, amoindrie, en partie effacé elle me revient [...] ». L'accent est donc mis sur la façon dont ce souvenir de « bonheur », d' « extase », revient telle une réminiscence ; souvenir se rappelant à l'esprit, mais non identifié comme tel.
          Ensuite nous nous appuierons sur l'extrait de texte de Pascal Jardin, Le nain jaune, pour démontrer que l'autobiographie peut également rendre hommage au défunt. Jardin en fait un ici, qui est celui de son père, qu'il considérait comme sa moitié : « Nous étions toujours ensemble [...]». Avec ce décès, l'auteur a perdu une partie de son identité. Il démontre clairement qu'il était dépendant de son père par une métaphore ; il s'identifie lui-même à un frelon qui aurait besoin des essences d'un acacia qui serait son père, pour vivre, se nourrir. Lors du dixième paragraphe, il nous fait comprendre que son père était son point de repère, comme l'étaient les pierres du petit poucet : « le bruit de leur causerie que je ne comprenais pas tombaient vers moi comme les cailloux blancs chers au petit poucet ». Nous avons donc ici, une véritable réécriture du passé, qui est amplifiée par le registre lyrique qu'utilise Pascal Jardin. Par ce texte, il conserve la mémoire de son père, qui restera une figure marquante de son passé.

 

 

 

 

 

                   Dans une dernière partie, nous verrons que l'autobiographie est aussi oeuvre d'art.
      Prenons pour exemple Rousseau. L'écriture de sa vie permet de donner forme à l'informe. Il y a l'expression d'une difficulté, dans le préambule du Manuscrit de Neufchâtel lorsqu'il écrit : « car quel ton, quel style prendre pour débrouiller ce chaos immense de sentiments si divers, si contradictoires, souvent si vils et quelque fois si sublimes dont je fus sans cesse agité ? ».Rousseau place ici une antithèse lorsqu'il oppose « vils » et « sublimes » ce qui fait transparaître la difficulté, la complexité du style, style qui est contradictoire. La difficulté est ici de débrouiller ce « chaos », il essaye d'éclaircir toutes ces contradictions. Il doit donc adopter un nouveau style. Rousseau passe donc ici de l'abstrait au concret, de l'irrationnel au rationnel, il élucide les mystères du « moi ».
     Par la suite, certains auteurs tels Rousseau ou Montaigne créent un lien avec le lecteur, lui donnent une place dans leurs oeuvres. Par exemple, Rousseau demande au lecteur de le lire entièrement avant de le juger, on ne pourra le juger que si on tient compte de tout. Pour lui il suffit d'avouer sa faute au lecteur pour qu'elle soit pardonnée, le fait de dire la vérité va l'innocenter. Il ne cherche qu'à impressionner le lecteur, il se montre tellement sûr de lui, que l'on est obligé de le croire. Comme il le dit dans le livre VIII de ses Confessions « c'est à moi d'être vrai, et au lecteur d'être juste ».Montaigne lui, dans le préambule des Essais, utilise la deuxième personne pour désigner le lecteur : « Il t'avertit dés l'entrée que je ne m'y suis proposé aucune fin [...]» et « Ce n'est pas raison que tu emploies ton loisir... ». Il s'adresse donc directement et familièrement au lecteur. Il s'adresse à ceux-ci pour définir les objectifs qu'il s'est fixé, pour définir ses intentions, pour lui démontrer finalement que cela n'en vaut pas la peine. L'emploi du pronom « nous » dans le livre II des Essais, rappelle qu'il s'intéresse à l'humaine condition ; « Nature nous a étrennés d'une large faculté à nous entretenir à part, et nous y appelle souvent pour nous apprendre que nous nous devons en partie à la société [...] ».Il y a donc ici, chez Rousseau comme chez Montaigne, une véritable prise en compte très précise du lecteur.

 

 

 

 

 

Conclusion
En faisant son autobiographie, un auteur se fait déjà plaisir à lui-même car il arrive à mettre des mots sur une vie entière. Ce qui est déjà un exercice difficile mais en même temps une découverte de soi-même. Cependant, on peut aussi imaginer que le fait d'écrire une autobiographie puisse permettre à tout homme de laisser une trace indélébile de son histoire pour sa descendance mais également pour l'histoire en général. Grâce à un tel écrit l'auteur devient en quelque sorte « immortel ».

 

N.B pour plus d'informations, voici le site de Philippe Lejeune

http://www.autopacte.org/

 vous pouvez aussi jeter un coup d'oeil sur ce forum consacré à l'autobiographie en classe de français

http://www.etudes-litteraires.com/forum/sujets/autobiographie.php

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques fichiers audio

 

 

Un livre peut être lu par une ou plusieurs personnes.En voici quelques exemples qui concernent le roman de Sefrioui.